Vous êtes ici : Accueil FRRecherchePublications

  • Recherche,
  • Culture scientifique et humanités,

Un demi-siècle d'Histoire de la folie

Publié le 10 septembre 2013

Ouvrage collectif dirigé par Daniele Lorenzini et Arianna Sforzini, doctorants au laboratoire Lettres, Idées, Savoirs (LIS) de l'UPEC.

Date(s)

le 17 septembre 2013

Présentation
L’Histoire de la folie à l’âge classique de Michel Foucault a produit, au moment de sa publication, une onde de choc. Cet ouvrage, foisonnant, baroque, labyrinthique, est apparu aussitôt comme insituable. S’agissait-il d’histoire, de philosophie, de littérature, de sociologie ?

Les partages disciplinaires traditionnels furent emportés par le courant impétueux de ce livre impossible. Mais il n’y eut pas que les cercles universitaires pour se trouver inquiétés par ces thèses tumultueuses (l’exclusion de la folie par l’âge classique, l’hypocrisie atroce de la libération des fous par les médecins modernes, etc.). Le récit épique de l’enfermement des fous dans les prisons de l’ordre moral, des nouveaux partages imposés par les révolutionnaires, altérait la bonne conscience d’une psychiatrie qui se pensait, fondamentalement, et par la vertu d’une fondation originaire jamais interrogée, humaniste. Histoire de la folie préparait ainsi les révoltes de l’anti-psychiatrie.

Cinquante ans après la parution de ce qui, au départ, était une simple thèse de doctorat, l’éclat de la rupture est intact. Ce livre continue à troubler, fasciner, irriter. Notre culture ne l’a toujours pas digéré. On découvre sans cesse de nouvelles apories, de nouveaux problèmes, de nouvelles perspectives pour interroger l’avenir. Ces rencontres, provoquées à l’occasion de cet « anniversaire », ne sont pas des commémorations. Il ne s’agit pas d’établir scientifiquement ici ce que Foucault a vraiment voulu dire, mais d’entendre jusqu’à quel point, encore aujourd’hui, ce texte réinvente notre rapport à la folie.

Direction de l'ouvrage

- Daniele Lorenzini finit l’écriture d’une thèse sur le rapport entre éthique et politique chez Michel Foucault, Pierre Hadot et Stanley Cavell ; il a coédité les conférences de Foucault sur L’origine de l’herméneutique de soi (Vrin, 2013). > en savoir plus
- Arianna Sforzini prépare une thèse sur la présence et l’importance du théâtre dans l’œuvre de Foucault et finit l’écriture d’un livre intitulé Foucault et la pensée du corps (à paraître aux PUF, coll. « Philosophies »).

Ils co-animent, tous les deux, avec Frédéric Gros et Ariane Revel, le séminaire « Actualités Foucault » à l’Université Paris-Est Créteil.

Références de l'ouvrage
Editions Kimé
ISBN : 978-2-84174-634-7
Prix : 22 €