Vous êtes ici : Accueil FRRecherchePublications

  • Recherche,
  • Culture scientifique et humanités,

Reading Roman Declamation, The Declamations Ascribed to Quintilian

Publié le 28 janvier 2016 Mis à jour le 10 février 2016
Date(s)

le 1 novembre 2015

Ouvrage co-dirigé par Charles Guérin, enseignant-chercheur à l'UPEC et membre du LIS.

♦ Présentation
Située au carrefour des techniques de persuasion et de la littérature de fiction, la déclamation offre aux praticiens romains un espace de liberté où ils peuvent développer des nouvelles formes discursives. En se concentrant sur l’œuvre du Pseudo-Quintilien (un corpus rassemblant des textes composés entre le IIe et le IVe s. ap. J.-C.), ce volume met au centre de son approche la littérarité de la déclamation. Il entend redonner à cette forme rhétorique, d’origine scolaire, toute sa portée de création littéraire et son potentiel esthétique, en insistant sur les soubassements théoriques et stylistiques qui lui sont propres.

As a genre situated at the crossroad of rhetoric and fiction, declamatio offers the freedom to experiment with new forms of discourse. Placing the literariness of declamatio into the spotlight, this volumeshowcases declamation as a realm of genuine literary creation with its own theoretical underpinning, literary technique and generic conventions. Focusing on the oeuvre of (Ps)Quintilian, this volumedemonstrates that these texts constitute a genre on their own, the rhetorical and literary framework of which remains not yet fully mapped.It is of interest to students and scholars of Rhetoric and Roman Literature.

♦ A propos de l’auteur
Charles Guérin est professeur de langue et littérature latines à l'Université Paris-Est Créteil (UPEC), et membre de l’équipe LIS (EA 4395).
Ancien élève de l’École normale supérieure, il est membre junior de l’Institut universitaire de France et membre associé du LabEx HaStec.
Sa recherche porte sur l’histoire de la pensée rhétorique, les pratiques judiciaires romaines et les relations entre rhétorique, politique et philosophie.

Références de l’ouvrage
De Gruyter
viii, 312 pages