Vous êtes ici : Accueil FRRecherchePublications

  • Culture scientifique et humanités,
  • Recherche,

Arthur de Guttinguer et Sainte-Beuve

Publié le 12 juillet 2017 Mis à jour le 6 février 2018
Date(s)

le 19 juillet 2017

Texte édité par Bernard Gendrel, enseignant-chercheur à l'UPEC et membre du LIS.

Présentation
Voici réunis, pour la première fois, l’Arthur de Sainte-Beuve et l’Arthur d’Ulric Guttinguer. Se sentant incapable de raconter seul l’histoire douloureuse de son dernier amour, Guttinguer demande à son ami du Cénacle de l’aider. Sainte-Beuve se met au travail en 1830, mais abandonne vite son manuscrit pour écrire le roman de sa propre vie, Volupté. Guttinguer se voit donc contraint de rédiger lui-même Arthur ; mais la situation a évolué : revenu à la foi de son enfance, l’auteur ne peut plus écrire l’œuvre passionnée et vengeresse qu’il projetait. Le nouvel Arthur (1836) sera le roman d’une conversion, un équivalent, pour le début du siècle, d’En route, le chef-d’œuvre de Huysmans.

À propos de l'auteur
Bernard Gendrel est maître de conférences en littérature française (19e siècle) à l'UPEC et membre du LIS


Références de l'ouvrage
Classiques Garnier
Collection : Bibliothèque du XIXe siècle
ISBN : 978-2-8124-4655-9
364 pages - 47€