Accès direct au contenu

UPEC

Lettres, langues, sciences humaines

Faculté des lettres, langues et sciences humaines

Recherche avancée

Connexion à l'intranet

mot de passe oublié

logo_pdf

Fac lettres, langues et sciences humaines > Recherche


Projet de recherche Trans-Est : genres, sexualités et transculturalités

  • Version pdf
  • Imprimer la page
  • Envoyer à un ami
  • Partager

Recherche

Action de recherche trans-équipes IMAGER, LIS, LISAA (juin 2013-juin 2017). Porteur principal de l'action : Jean-Paul Rocchi, Professeur des Universités en Littératures et Cultures Américaines, UPEM .

vignette Trans-Est
Une action transversale aux trois laboratoires IMAGER, LISAA et LIS
A partir des trois laboratoires IMAGER, LISAA et LIS, l'action « Trans-Est : Genres, Sexualités et Transculturalités » se propose de fédérer les recherches conduites dans les études de genres et sur les sexualités dans le sud-est francilien. Elle concerne potentiellement les enseignants-chercheurs titulaires et associés, les doctorants et les post-doctorants de ces laboratoires ainsi que, plus largement, les chercheurs de Université Paris-Est dans les domaines des Lettres et Sciences Humaines et Sociales, ainsi que dans les disciplines scientifiques, s'intéressant aux genres et aux sexualités.

Une approche transculturelle et transdisciplinaire

L'originalité de cette action tient aux forces qu'elle mobilise : la diversité des aires géographico-culturelles couvertes par les trois laboratoires (espace français et francophone, espace roman et hispanique, espace anglophone, espace germanique) permet d'envisager les genres et les sexualités dans une perspective « globale » où seront soulignées à la fois les spécificités culturelles pérennes et les phénomènes de transferts et de pollinisation entre ces espaces. Entre autres questions relatives aux genres et aux sexualités, « Trans-Est : Genres, Sexualités et Transculturalités » pourra ainsi s'intéresser à la circulation de textes théoriques, littéraires et politiques, ainsi qu'aux échanges artistiques, tels qu'ils ont pu nourrir et s'inspirer des mobilisations collectives et socio-politiques émancipatrices.

Objet labile appelant un regard transculturel, les genres et les sexualités sont aussi transversaux aux disciplines dont elles peuvent réfléchir les « manque-à-penser » qui les clôturent, ce qui vise, dans leurs méthodes, à corroborer les postulats qui les fondent. Synergie transdisciplinaire, « Trans-Est : Genres, Sexualités et Transculturalités » se conçoit donc comme une action qui privilégie le transverse et le pluriel sur la binarité et le double. Elle étudie les espaces sociaux, politiques, imaginaires et fantasmés tel que le sujet genré et sexuel les (ré)invente malgré les déterminations et les significations culturelles et disciplinaires que l'on élabore pour lui et au delà de la dyade identité/différence.

Une action pour un projet scientifique et sociétal

Parce qu'elle fédère des chercheurs dont les spécialités sont adossées à des aires géographico-culturelles particulières, l'action « Trans-Est : Genres, Sexualités et Transculturalités » entend résister à la territorialité disciplinaire. Par la pratique réflexive qu'elle appelle de ses vœux chez les sujets-chercheurs qui la portent, par l'examen de la part de subjectivité et la (ré)intégration de l'affectivité dans la production scientifique, cette action, par le biais des genres et des sexualités, opère un retour au sujet humain dont les sciences humaines et la rationalité absolutisée de ses disciplines ont pu se couper. « Trans-Est : Genres, Sexualités et Transculturalités » met ainsi en regard l'éthique et la fonction sociale de la science et de son enseignement : comment peut-elle ne pas être un sens arrêté pour le sujet, ? Comment peut-elle ne pas le réduire à un savoir positif qui épuise sa réalité et la réalité mondaine ? Ce questions font écho à l'enjeu contemporain que sont l'organisation, dans les espaces territorial, national et international, des centres de production scientifiques et la place que l'on y accorde à la transformation sociale. Qu'est-ce que les sciences humaines peuvent lui apporter ? Quelles Humanités pour quelle polycentralité épistémique et scientifique, politique et institutionnelle, géographique et culturelle? Une question que les genres et les sexualités, comme subjectivités et savoir il y a peu marginalisés et subalternes, posent de façon aigüe.
 
Partenaires

  





 


mise à jour le 26 janvier 2015

Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC) Université Paris-Est

Université Paris-Est Créteil Val de Marne

Faculté des lettres, langues et sciences humaines
61, avenue du Général de Gaulle
94010 Créteil
UFR de lettres et sciences humaines