Vous êtes ici : Accueil FRRechercheActualités des équipes de recher

  • Culture,
  • Médias,
  • Outils de communication,

Histoire sociale du Rock

Publié le 2 mars 2018 Mis à jour le 7 mars 2018
Date(s)
Séances de 16h à 18h les :
07 mars - 28 mars - 04 avril - 16 mai - 30 mai - 06 juin 2018
Lieu(x)
Centre Mahler
9 rue Mahler
75004 Paris

Présentation

Institutionnalisée dans les pays anglo-saxons, à la croisée de la musicologie et des cultural studies, l’histoire du rock, en dépit de travaux de valeur, demeure, en France, encore largement absente de l’Université. Considéré comme un objet d’étude mineur, le rock a souffert du discrédit qui pèse sur lui depuis les années 1960, malgré l’intérêt exprimé très vite par certains intellectuels comme Edgar Morin. Certes, la presse spécialisée, les multiples sites internet et une offre éditoriale abondante permettent de répondre en partie aux demandes du très large public d’amateurs/spécialistes/fanatiques. Pour autant, le champ d’investigation possible ne saurait se limiter à la nécessaire histoire des courants musicaux, des groupes phares et des idoles. Ce séminaire se propose donc d’ouvrir un espace de discussion sur l’histoire du rock telle qu’elle se construit aujourd’hui en France, mais aussi à l’étranger.
 

Programme

  • 7 mars 2018
Post-punk [amphi Mahler]
Tony Leduc-Gugnalons (enseignant, auteur de Afterpunk Highlights : l’ère de la glaciation sonore, Camion Blanc, 2017) – Le post-punk ou l'histoire d'un genre qui n'existe pas.
Jean-Christophe Van Thienen (Prag d’anglais à l'université de Lille en histoire de l'art, archéologie et cultures du visuel, chanteur et compositeur de Buzz et Vuduvox) – ‘Anger is an Energy’: No Future et lendemains qui chantent.

  • 28 mars 2018
Diffuser le rock [amphi Mahler]
Mathieu Guyard (titulaire d’un master 2, Marne-la-Vallée) – Rage Tour, une entreprise DIY ? Étude de cas d’un tourneur de musiques extrêmes en France.
Marine Beccarelli (docteure en histoire contemporaine, Paris 1, auteure de Les Nuits du bout des ondes. Introduction à l'histoire de la radio nocturne en France, 1945-2012, Ina, 2014) – Le rock dans les émissions de radio nocturne en France.

  • 4 avril 2018
Rave et techno [amphi Mahler]
François Lambert (titulaire d’un master 2 en histoire, Sciences Po Paris) – De l'opposition à la reconnaissance : l'État français et la techno (1993-1998).
Michel-Angelo Fedida (titulaire d’un master 2 en histoire, journaliste) – La musique comme outil de la redynamisation culturelle de la ville : l'exemple de Manchester.

  • 16 mai 2018
Cultures visuelles et contre-cultures [salle 106]
Julien Saint-Pol (étudiant en M2 histoire, Université de Lille) – D’une "culture jeune" à une "contre-culture" ? Rock et cinéma en France (1955-1976).
Anne-Claire Bondon (agrégée d’anglais, ATER à l’université de Versailles) – Une étude du rôle de la photographie de rock dans la fabrique des icônes de la Contreculture américaine.

  • 30 mai 2018
Déplacer les normes [salle 106]
Raphael Costambeys-Kempczynski (MCF en cultural studies à la Sorbonne nouvelle, directeur du Festival des idées Paris) – Bogus Men: Early Roxy Music & the Camp.
Yauheni Kryzhanouski (docteur en science politique, ATER à l'IEP de Strasbourg) – Contester par la musique sous régime autoritaire : rock et politisation en Biélorussie.

  • 6 juin 2018
Rock et philosophie [salle 106]
Mickaël Perre (professeur agrégé de philosophie et doctorant à l'Université Toulouse 2 Jean-Jaurès) – Entendre le rock : difficultés et enjeux d'une approche philosophique.
Frédéric Bisson (professeur agrégé de philosophie, auteur de La Pensée Rock, Essai d’ontologie phonographique, Questions Théoriques, 2016) – Les paradoxes du phonographe : le rock comme objet et comme événement.

Consultez le programme complet

Organisation

Arnaud Baubérot, Maître de conférences en histoire contemporaine à l'Upec et membre du CRHEC et de l'IUF
Florence Tamagne, IRHis et Centre d’histoire sociale du XXe siècle